Mélancolie proustienne – rayon

« J’étais à l’heureux temps où on ne connaît pas la vie. »
Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve

« Quelle fatigue que d’aimer sans cesse ce qui n’a de beauté que parce que nous l’aimons. »
Marcel Proust, Jean Santeuil

Contre Sainte-Beuve, précédé de Pastiches et mélanges et suivi de Essais et articles, édition Pléiade.Une des éditions de Contre Sainte-BeuveJean Santeuil, édition NRF GallimardLe roman inachevé de Marcel Proust, Jean Santeuil, édition Quarto Gallimard.Jean Santeuil suivi de Les plaisirs et les jours, édition Pléiade

Publicités

À propos de isadumas

Isabelle Dumas est doctorante à L'Université de Montréal en cotutelle avec Paris 3-Sorbonne Nouvelle, chargée de cours à l'U. de Montréal, aspirante spécialiste de Proust, spécialiste des romans de Houellebecq et auteure d'un roman (Disloc), ainsi que de quelques nouvelles. Elle s'intéresse de près à la création littéraire, est curieuse, fonceuse, et engagée à faire vivre, dans la mesure de ses moyens, la littérature.
Cette entrée, publiée dans Uncategorized, est marquée , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s