Archives de mot-clé : Gilberte

Parution : Jacques Dubois, Le roman de Gilberte Swann. Proust sociologue paradoxal

Jacques Dubois, Le roman de Gilberte Swann. Proust sociologue paradoxal, Seuil, 2018, 240 p., ISBN : 978-2021370584. Présentation de l’éditeur : Longtemps occulté par la dimension psychologique d’une oeuvre qui semblait tout entière dédiée à l’exploration des tourments du coeur … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’amour, labyrinthe infini

Devant les pensées, les actions d’une femme que nous aimons, nous sommes aussi désorientés que le pouvaient être devant les phénomènes de la nature, les premiers physiciens (avant que la science fût constituée et eût mis un peu de lumière … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Proust et les éclaircissements du coeur

Chez Proust, le coeur n’est éclairci que quand l’amour est mort, et la vie derrière soi. « Et il y eut un jour aussi où elle me dit :  » Vous savez, vous pouvez m’appeler Gilberte, en tout cas moi, … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Proust et les femmes (4)

« Gilberte était comme ces pays avec qui on n’ose pas faire d’alliance parce qu’ils changent trop souvent de gouvernement. » Marcel Proust, Le Temps retrouvé

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Dans la série « Amour, douleur, peur et jalousie : psychotropes naturels »… et perturbateurs de la mémoire

« Tout le temps que j’étais loin de Gilberte, j’avais besoin de la voir, parce que cherchant sans cesse à me représenter son image, je finissais par ne plus y réussir, et par ne plus savoir exactement à quoi correspondait … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La peur, puis les regrets

« Et tout d’un coup je me dis que la vraie Gilberte, la vraie Albertine, c’étaient peut-être celles qui s’étaient au premier instant livrées dans leur regard, l’une devant la haie d’épines roses, l’autre sur la plage. Et c’était moi … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’aimé, grand comme le monde, et son nom tel un puits

L’aimé devient une idole, grande comme un monde. Aussi grande que le monde de l’épris. « Ma tante n’alla pas voir la haie d’épines roses, mais à tous moments je demandais à mes parents si elle n’irait pas, si autrefois … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire