Archives de mot-clé : mal

Les métamorphoses

Notons toutefois que c’est bien « grâce » à la jalousie naissante de Swann pour Odette qu’il s’est mis à l’aimer, et que le chimisme, ou le cycle amour-haine-jalousie s’est enclenché. « Par le chimisme même de son mal, après … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Dans la série des choses insolubles et mélancoliques

« [L]es autres, ne pouvant se placer au même point de vue que nous, ne comprennent pas l’importance du mal que les paroles dites au hasard peuvent nous faire. » Albertine disparue

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Quand la vie est trop forte

Un petit pan de mélancolie proustienne ? « Pourquoi surtout vous acharner à vouloir jouir du présent, pleurer de n’y pas réussir ? Homme d’imagination, vous ne pouvez jouir que par le regret ou dans l’attente, c’est-à-dire du passé ou … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Humain trop humain : le cri de l’empathie

« [C]ette déplaisante violence de l’affection vraie à qui votre malheur fait mal, et qui semble vous rendre les coups que vous lui portez ». Marcel Proust, Jean Santeuil

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Chez Proust, il n’y a pas de bien sans que l’on sente le souffle du mal

Exception faite de la grand-mère et de la mère du narrateur proustien, aucune figure, aucune sensation n’est que bien, que bonté, que bonheur. L’amour proustien fait mal, fait peur, et même le plaisir charnel ressemble à la douleur : « … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La force du mal

« La maladie est le plus écouté des médecins : à la bonté, au savoir on ne fait que promettre ; on obéit à la souffrance. » Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’amour proustien : un mal, une torture, un combat, une négation

« Certes je n’aimais nullement Albertine ». Marcel Proust, Le Côté de Guermantes

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire