Archives de mot-clé : plaisir

Entre deux maux… « Plaisirs » proustiens

« Le plaisir est si difficile à atteindre que l’absence de maux semble parfois en être un. » Aude Briot, Le Plaisir chez Proust, Paris, Champion, 2017. Advertisements

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Chez Proust, il n’y a pas de bien sans que l’on sente le souffle du mal

Exception faite de la grand-mère et de la mère du narrateur proustien, aucune figure, aucune sensation n’est que bien, que bonté, que bonheur. L’amour proustien fait mal, fait peur, et même le plaisir charnel ressemble à la douleur : « … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Proust et l’obscur1

Dans « Un amour de Swann », le narrateur de la Recherche, qui n’en est pas à sa première observation sur la part sombre de l’être humain, évoque le « plaisir obscur, immédiat et privé de dire quelque chose de … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ce temps qui ne se rattrape pas

                                                                                … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Proust et les éclaircissements du coeur

Chez Proust, le coeur n’est éclairci que quand l’amour est mort, et la vie derrière soi. « Et il y eut un jour aussi où elle me dit :  » Vous savez, vous pouvez m’appeler Gilberte, en tout cas moi, … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

De l’amour

« Mais à l’âge un peu désabusé dont approchait Swann et où l’on sait se contenter d’être amoureux pour le plaisir de l’être sans trop exiger de la réciprocité, ce rapprochement des coeurs, s’il n’est plus comme dans la première … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Proust, tisseur de fin comique… qui a du métier

« À peine entrée dans ma chambre, elle sautait sur le lit et quelquefois définissait mon genre d’intelligence, jurait dans un transport sincère qu’elle aimerait mieux mourir que me quitter : c’était les jours où je m’étais rasé avant de … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire