Archives de mot-clé : Sodome et Gomorrhe

Proust et la médecine, les médecins

Humour, ironie et scepticisme ne sont jamais loin quand le narrateur de la Recherche parle de la médecine, des médecins :  [I]l savait qu’un médecin de la famille sait rendre bien des petits services, comme de prescrire par exemple qu’il ne … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une proposition que vous ne pouviez refuser

« Aimé n’avait pas même lu cette lettre jusqu’au bout, n’y comprenant rien et se méfiant d’une mystification. Quand je lui eus expliqué qui était le baron, il parut quelque peu rêveur et éprouva ce regret que M. de Charlus … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Personne n’est un livre

« Ah ! voyez-vous, Monsieur, on ne peut jamais savoir ce qu’il peut y avoir dans une vie. » Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Paradoxes des profondeurs

« (Les généraux qui font tuer le plus de soldats tiennent à ce qu’ils soient bien nourris.) » Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Tu me fuis, je te suis » : aimer avec Proust

Certes les charmes d’une personne sont une cause moins fréquente d’amour qu’une phrase du genre de celle-ci : « Non, ce soir je ne serai pas libre. » Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Chez Proust, il n’y a pas de bien sans que l’on sente le souffle du mal

Exception faite de la grand-mère et de la mère du narrateur proustien, aucune figure, aucune sensation n’est que bien, que bonté, que bonheur. L’amour proustien fait mal, fait peur, et même le plaisir charnel ressemble à la douleur : « … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La force du mal

« La maladie est le plus écouté des médecins : à la bonté, au savoir on ne fait que promettre ; on obéit à la souffrance. » Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire