Archives de mot-clé : mélancolie

Quand la vie est trop forte

Un petit pan de mélancolie proustienne ? « Pourquoi surtout vous acharner à vouloir jouir du présent, pleurer de n’y pas réussir ? Homme d’imagination, vous ne pouvez jouir que par le regret ou dans l’attente, c’est-à-dire du passé ou … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une des mélancolies proustiennes : inéluctables désillusions de se fracasser à la fois contre la douleur, la terreur de connaître, et la souffrance de ne pas savoir

« La vie n’est belle que de loin. » Marcel Proust, Jean Santeuil Pourrait-on « surmonter » ce constat proustien en avançant que la vie est plus belle de loin ?

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Au commencement des amours (écrites) de Proust, il y a encore, déjà, toujours : tristesse et mélancolie

« [C]ette tristesse qu’a forcément celui qui aime uniquement un être pour lui et qui, sentant alors l’essence même de sa vie, on sent forcément la tristesse. » Marcel Proust, Jean Santeuil

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Dans la série : mélancolie

« Les années heureuses sont les années perdues, on attend une souffrance pour travailler. L’idée de la souffrance préalable s’associe à l’idée du travail, on a peur de chaque nouvelle œuvre en pensant aux douleurs qu’il faudra supporter d’abord pour … Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mélancolie

« On n’arrive pas à être heureux mais on fait des remarques sur les raisons qui empêchent de l’être ». Marcel Proust, La Prisonnière

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rayon mélancolique du grand roman proustien

« Quant au bonheur, il n’a presque qu’une seule utilité, rendre le malheur possible. » Marcel Proust, Le Temps retrouvé

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Destin mélancolique d’une illusion proustienne

« Nos désirs vont s’interférant et, dans la confusion de l’existence, il est rare qu’un bonheur vienne justement se poser sur le désir qui l’avait réclamé. » Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs

Publié dans Uncategorized | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire